Pièces de guerre en Suisse

De Antoinette Rychner
Mise en scène Maya Bösch

ve. 13 décembre 2019, 20h15

A L’Heure bleue

Au départ du projet d’Antoinette Rychner : imaginer les effets de frottement que peut produire la rencontre entre les mots « guerre » et « Suisse ». 

Sous la forme d’une farce politique, la pièce construite en trois parties — Rétablissement de la peine de mort, Les Ennemis et Grande paix — questionne le sentiment de légitimité d’une collectivité jouissant d’une relative prospérité, de la paix sociale, tout en craignant que le monde s’effondre autour d’elle… et que les Etats démocratiques voisins chavirent dans l’extrémisme…

De quoi avons-nous peur en Suisse ? A quoi pensons-nous en lisant frénétiquement notre fil d’actualité Facebook ? Que nous inspirent les affiches de campagne pour les prochaines votations ou les publicités qui vantent une nouvelle assurance que nos regards balaient quotidiennement ? 

Au travers d’interactions quotidiennes conçues comme des sketchs, cette pièce traque avec jubilation les clichés de la « Suissitude ». En écho aux Pièces de guerre du dramaturge britannique Edward Bond, Maya Bösch et Antoinette Rychner signent ici une collaboration complice qui vise à faire exploser les fantasmes qui nous hantent pour mieux libérer l’horizon du futur.

Née à Zürich, Maya Bösch suit des études de mise en scène à l’Université de Byrn Mawr à Philadelphie. Durant trois ans, elle travaille aux côtés de différents metteurs en scène à New York, Bruxelles, Berlin et Vienne. En 2000, elle fonde La Compagnie sturmfrei à Genève avec laquelle elle explore les écritures contemporaines et classiques. Associée à Michèle Pralong, elle codirige le GRÜ / Transthéâtre Genève de 2006 à 2012, une scène expérimentale et pluridisciplinaire. En 2015 elle est lauréate du Prix Suisse du Théâtre pour l’ensemble de son travail artistique.

Native de Neuchâtel, Antoinette Rychner suit des études d’arts appliqués à Vevey avant de rejoindre l’Institut Littéraire Suisse de la Haute Ecole des Arts de Berne dont elle sort diplômée en 2009. Ses pièces sont notamment mises en scène par Robert Sandoz (De mémoire d’estomac) et Jérôme Richer (Intimité Data Storage, publiée aux Solitaires intempestifs). Son premier roman, Le Prix, publié en 2015 reçoit le prix Dentan la même année et le Prix suisse de littérature en 2016. 

Sa pièce Arlette, parue aux Editions les Solitaires Intempestifs a été montée au Poche/GVE par Pascale Güdel en 2017. 

Durée
2h30 

De
Antoinette Rychner 

Mise en scène
Maya Bösch 

Texte commandé par 
Compagnie sturmfrei

Avec
Barbara Baker, Guillaume Druez, Lola Giouse, Fred Jacot-Guillarmod, Laurent Sauvage, Valerio Scamuffa, Olivia Csiky Trnka 

Scénographie
Thibault Vancraenenbroeck 

Lumière
Victor Roy 

Son
Rudy Decelière 

Costumes
Gwendoline Bouget 

Masque
Nagi Gianni 

Régie générale
Léo San Pedro 

Administration
Anna Ladeira 

Assistanat 
Bérénice Fischer

Photographie
Laura Spozio

Production
Compagnie sturmfrei 

Coproduction
Comédie de Genève, Théâtre Vidy-Lausanne

Soutiens
Loterie Romande, Fondation Ernst Göhner, SSA, SIS, République et Canton de Genève, Pro Helvetia – Fondation suisse pour la Culture, Corodis (en cours)

Dans la presse

Le Courrier, 07.07.2019

 

Théâtre populaire romand

GRATUIT
VOIR