Où en est la nuit  ?

Inspiré de Macbeth de Shakespeare
Adaptation et mise en scène Guillaume Béguin

Je. 30 mars 2017, 19h15

A L’Heure bleue

Lady Macbeth se frotte désespérément les mains pour tenter d’enlever le sang qu’elles ont versé. Celui de Duncan, roi d’Ecosse. Tout a basculé le jour où Macbeth, chef de l’armée écossaise, rentre victorieux du champ de bataille. Sur sa route, trois sorcières lui prédisent le trône. Il commet alors, avec son épouse, l’irréparable régicide. Son obsession du pouvoir le transforme en tyran et plonge le royaume dans le chaos.

Où en est la nuit ? — titre tiré d’une réplique de Macbeth — est l’occasion d’une rencontre détonante entre la puissance poétique de Shakespeare et l’univers ciselé de Guillaume Béguin, de retour au TPR. Il aborde l’œuvre avec ce doute: et si Macbeth n’était pas le jouet des sorcières, mais leur inventeur ? S’il ne faisait qu’exprimer par leur bouche son théâtre intime ? C’est parce qu’il se rêve roi qu’il le devient.

Cette naissance au mal par l’imagination fascine. A l’ère où images et propagandes se diffusent à tout-va, Guillaume Béguin suspend le temps «entre chien et loup». Pour ne pas laisser l’obscurité tout recouvrir et brouiller le vrai et le faux, le bien et le mal. A la question «Où en est la nuit ?», Shakespeare répond par un audacieux:
«Elle lutte encore avec le jour».

En 2015, Guillaume Béguin présentait au TPR Le Baiser et la morsure et Le Théâtre sauvage. Avec ces spectacles, il montrait comment l’être humain tenait la barbarie à distance grâce à sa capacité de se représenter et de dire le monde. Avec Où en est la nuit ?, il fait le chemin inverse: l’imagination produit le mal et modifie l’environnement en conséquence. Le metteur en scène, né à La Chaux-de-Fonds en 1975, élabore un geste artistique singulier avec sa Cie de nuit comme de jour. Il interroge ce qui définit et distingue l’Homme, son rapport à la langue et les fondements de la culture.

William Shakespeare (1564 — 1616), cet éternel contemporain, a su comme peu d’autres exprimer les mystères de la nature humaine, ses instincts et son psychisme. Son écriture, sublime et triviale à la fois, reste d’une étonnante modernité. Ecrite au tout début du XVIIe siècle et librement inspirée de faits historiques, Macbeth est l’une de ses plus célèbres tragédies.

Abonnez-vous!

Teaser

Durée
2h35

Inspiré de Macbeth
de William Shakespeare

Traduction
Jean-Michel Déprats
Jean-Louis Backès
Jean-François Peyret
Régis Boyer

Adaptation et mise en scène
Guillaume Béguin

Avec
Véronique Alain
Julie Cloux
Caroline Gasser
Maxime Gorbatchevsky
Jean-Louis Johannides
Cédric Leproust
Julia Perazzini
Matteo Zimmermann
Adèle Bochatay ou Robin Ventura
(en alternance)

Dramaturgie
Michèle Pralong

Scénographie
Sylvie Kleiber

Lumière
Colin Legras

Musique
Christian Garcia

Costumes
Zouzou Leyens

Perruques et maquillage
Cécile Kretschmar
assistée de Malika Stähli

Vidéo
Gabriel Bonnefoy
Laurent Schaer
Sylvain Marco Froidevaux
en collaboration avec Inès Berdugo
Noemi Castella
Fanny Desarzens
et Audrey Leuba, étudiantes à la HEAD – Genève / Département Arts visuels

Régie générale
Laurent Schaer

Régie lumière
Julien Brun

Régie son
Benjamin Favennec

Régie plateau
Valérie Oberson

Assistanat à la mise en scène
Guillaume Cayet
Emma Pluyaut-Biwer

Training acteurs
Piera Honegger

Administration
Laure Chapel – Pâquis Production

Diffusion
Delphine Prouteau

Réalisation du décor
Ateliers du Théâtre de Vidy

Couture
Dominique Chauvin
Isabelle Airaud

Production
Cie de nuit comme de jour

Coproduction
Théâtre de Vidy­ — Lausanne
Comédie de Genève

Avec le soutien de
Canton de Vaud
Loterie Romande
Pro Helvetia — Fondation suisse pour la culture
Fondation Wilsdorf
Pour-cent culturel Migros
Fondation Leenaards

La Cie de nuit comme de jour
est au bénéfice du contrat de
confiance 2014 — 2017
de la Ville de Lausanne.