Tonbruket

Jazz

je. 14 avril 2016, 20h15

L’Heure bleue

En collaboration avec Les Murs du Son 

© Tina Axelsson

La Scandinavie est un berceau du jazz européen et fut une terre d’accueil pour des artistes nord-américains. Pensez à Niels-Henning Ørsted Pedersen qui joua longtemps avec Oscar Peterson. Plus récemment, la Suède a fourni au Vieux Continent Jan Lundgren, Lisa Ekdahl, Nils Landgren et bien sûr E.S.T., pour Esbjörn Svensson Trio dont le contrebassiste expressif, Dan Berglund, est le fondateur en 2008 de Tonbruket, avec le guitariste Johan Lindström. Tonbruket est un quartet (batterie, contrebasse, guitare et claviers) qui refuse l’enfermement du jazz sur lui-même.

Au contraire, il le décloisonne et lui ouvre la porte du folklore suédois, tout en entrebâillant une fenêtre sur la pop ou le blues. De son laboratoire musical, dont l’orientation alchimique peut faire penser au travail de Ry Cooder, de Bill Laswell ou des Doors, Tonbruket fournit une médication naturelle, à base d’herbes et de plantes, éloignée des standards de l’industrie jazz. Telle une bande son, la musique de Tonbruket défile, voyage et pourrait parfaitement coller aux images des Tarantino, Lynch ou Jarmusch.

Le fameux label allemand ACT l’a bien compris et abrite désormais le groupe et ses trois albums sortis depuis 2010. Le dernier en date, Nubium Swimtrip, a été enregistré dans les studios mythiques d’Abbey Road, là même où des groupes britanniques ont écrit des expérimentations psychédéliques dans les années 60 — 70. De la même manière en 2015, Tonbruket travaille le son, soigne l’atmosphère et ramène le jazz sur le terrain des défricheurs, qui préfèrent le diamant brut aux bijoux trop taillés.

Abonnez-vous!

Contrebasse
Dan Berglund

Piano, claviers, violon
Martin Hederos

Guitare, effets sonores, claviers et piano
Johan Lindström

Batterie et percussions
Andreas Werliin